Warning: Parameter 2 to qtranxf_postsFilter() expected to be a reference, value given in /srv/data/web/vhosts/thelantern.eu/htdocs/wp-includes/class-wp-hook.php on line 286

(Français) Pour l’amour de Massoud – Sediqua Massoud

En ces temps où le terrorisme islamiste répand la haine et la terreur, il est bon de se rappeler le combat de Massoud. Il est le signe que, même avec des moyens dérisoires, il est toujours possible de lutter contre une entreprise destructrice, et que c’est là notre vocation d’homme.

Massoud est le guide politique et spirituel de tout un peuple. De cet Afghanistan qui se bat pour sa liberté – contre l’oppression soviétique puis contre l’extrémisme des talibans –, la liberté de déterminer lui-même son avenir.

Massoud est un amoureux de son pays : amoureux de ses paysages, de ses poètes, de sa religion, de son peuple surtout. C’est un grand stratège militaire, un homme au courage redoutable, un meneur d’hommes. Mais le « lion du Pandjchir» est surtout un homme de paix. C’est pour elle qu’il mène le combat. Il n’aspire qu’à elle, lui donne toute sa vie.

Il y a quelque chose d’insaisissable dans l’ardeur de cet homme-là à croire en la paix au milieu des pires exactions, à croire en l’homme alors qu’on n’aura de cesse de le trahir, d’attenter à sa vie et à celle de sa famille.

Plusieurs fois, il pardonne et donne une nouvelle chance à des hommes qui ont voulu le supprimer. Il libère des prisonniers talibans que des vieilles mères viennent réclamer. Au plus profond de la guerre – quand les ennemis violent et massacrent des civils avec une telle inhumanité – il fait tout pour éviter le plus de pertes humaines dans les deux camps.

Dans ce livre, sa femme raconte tout cela. Elle raconte aussi le mari aimant et le père de famille. Si cultivé et intelligent qu’il fût, il ne faisait jamais sentir à sa femme l’écart entre eux, qu’elle constatait, et lui demandait souvent conseil. Ils passaient des nuits à discuter, de ces rares nuits où il était auprès d’elle. Avec ses enfants aussi il était très complice, tout autant avec ses filles qu’avec son fils aîné, et il tenait à ce qu’elles reçoivent la même instruction. Il se soucia beaucoup pour sa famille, qu’il voulait garder dans son pays et voir le plus souvent. Leur quotidien fut la fuite de maison en maison, l’habitude d’être la cible des bombardements et l’attente du retour de Massoud.

En 2001, il réunissait la diaspora pour préparer la reconstruction d’un pays libre, soucieux notamment du rôle qu’y prendraient les femmes, alors que l’issue de la guerre était incertaine. Il avertissait aussi de la menace du terrorisme international. Lors de son seul voyage en Europe et de son allocution au Parlement européen, il eut la conviction d’être entendu, que la communauté internationale allait les aider, que son peuple allait retrouver la liberté.

Massoud, l’homme dont la confiance semblait défier la réalité, mais aussi la transformer.

Même s’il avait parfois ses moments de découragement, profonds, que peut-être seule sa femme connaissait et dans lesquels il répétait : « Pourquoi le silence est-il mon seul interlocuteur ? »

Cette année-là, il parlait souvent de sa mort, du courage qu’il faudrait avoir, de tout ce qu’il faudrait continuer, et des joies qu’il avait à manger ce fruit, jouer à cette bataille d’eau avec ses enfants, contempler ce ciel nocturne avec sa femme « peut-être pour la dernière fois. »

Le 9 septembre 2011, des islamistes se faisant passer pour des journalistes emportèrent la vie de Massoud dans un attentat-suicide.

Cet article est résolument hagiographique. Il est bon de regarder vers les grands hommes. Jaspers, dans son entreprise sur Les grands philosophes, nous éclaire sur leur valeur : La grandeur ne nous fait pas sentir impuissant, ni ne nous soumet. Un grand homme n’est pas un surhomme ou une idole. Il y a pourtant quelque chose d’incommensurable dans la grandeur, qui ne peut être découvert par des enquêtes historiques ou psychologiques. La vénération des grands hommes est indissociable du respect de tout être-humain, et seul celui qui respecte l’homme est capable de voir la grandeur dans le monde actuel. La grandeur du grand homme éveille ce qui, en chacun, peut être semblable à lui. Celui qui voit la grandeur éprouve l’exigence d’être lui-même.

Sur la couverture, une photo de Massoud. On est bouleversé par son regard. On sent que cet homme-là n’a pas été épargné. On sent aussi qu’il a beaucoup aimé.

Massoud est un grand homme. Des ces hommes qui suscitent l’admiration et dont la vie est un appel.


Notice: compact(): Undefined variable: limits in /srv/data/web/vhosts/thelantern.eu/htdocs/wp-includes/class-wp-comment-query.php on line 853

Notice: compact(): Undefined variable: groupby in /srv/data/web/vhosts/thelantern.eu/htdocs/wp-includes/class-wp-comment-query.php on line 853

Notice: compact(): Undefined variable: limits in /srv/data/web/vhosts/thelantern.eu/htdocs/wp-includes/class-wp-comment-query.php on line 853

Notice: compact(): Undefined variable: groupby in /srv/data/web/vhosts/thelantern.eu/htdocs/wp-includes/class-wp-comment-query.php on line 853